Suivez-nous

Automobile

Q1 : Mercato, le calme avant la tempête ?

Q1 : Mercato, le calme avant la tempête ?

L’intensité de la compétition de juillet, avec quatre Grands Prix répartis sur cinq week-ends, ne dément pas l’agitation en coulisses entourant les contrats des pilotes. La tension est passée pour Pierre Gasly : il reste avec Alpha Tauri.

Les Anglais l’appellent la silly season, la « crazy season », durant laquelle toutes sortes de rumeurs se répandent dans le paddock de Formule 1 et les contrats pour l’année suivante sont signés après le milieu de saison. . De nombreuses questions doivent être résolues, certains coureurs doivent briller avant la trêve estivale d’août pour s’assurer leur place, d’autres pour séduire une équipe plus exclusive. Mais les places sont chères en Formule 1, surtout au sommet de la hiérarchie. Après la victoire de Sergio Pérez à Monaco, Red Bull a officialisé une prolongation de contrat de deux saisons avec Max Verstappen. “Depuis que je suis arrivé chez Red Bull début 2021, l’équipe m’a montré toute sa loyauté”, avoue le Mexicain. Elle m’a aidé dans les moments difficiles que j’ai vécus l’année dernière. J’aurais préféré un contrat encore plus long, mais on ne m’a proposé que deux ans. ”

Cette décision a anéanti les derniers espoirs de Pierre Gasly d’un retour chez Red Bull après un semestre frustrant en 2019 au cours duquel il a été rétrogradé à Toro Rosso depuis qu’il a été renommé Alpha Tauri. Quelques semaines plus tard, le contrat de Gasly avec la petite équipe italienne était confirmé pour la saison 2023 : “Cela fait cinq ans que je suis avec cette équipe et je suis fier du chemin parcouru et des progrès accomplis”, a déclaré Gasly. J’espère rester avec mon équipe Alpha Tauri. Être capable de fixer des objectifs de travail et de performance pour les dix-huit prochains mois est une bonne base de travail. “Son contrat avec le groupe Red Bull se termine fin 2023, il est certain que la saison prochaine Norman quittera définitivement le giron autrichien pour développer davantage sa carrière. Il ne veut pas attendre la fin du nouveau contrat de Pérez, qu’il accueille sans surprise : « De mon point de vue, c’est une suite logique. Pérez fait une belle saison depuis le début de l’année, il est bien meilleur que la saison dernière. Sachant que Red Bull l’avait déjà renouvelé fin 2021, cela ne m’a pas surpris. Il a la deuxième place de pilote que l’équipe demande et il le soutient financièrement, donc il coche toutes les cases. Je ne sais pas si Gasly aurait réussi avec un contrat jusqu’en 2028 dans le rôle du lieutenant von Verstappen, la star intouchable de l’équipe Red Bull !

Comme Red Bull, Ferrari jouera aussi la carte de la continuité avec Charles Leclerc et Carlos Sainz d’ici fin 2024. Du côté de Mercedes, le début de saison difficile a probablement mis à mal le moral de Lewis Hamilton. Mais le septuple champion du monde veut remplir son contrat pour la saison à venir aux côtés de George Russell. Les doutes sont plus susceptibles de se poser pour 2024, lorsque le Britannique aura 39 ans. « Est-ce que je me vois encore ici à 40 ans ? Difficile de répondre, a-t-il confié au Corriere della Sera. Écoutez, je ne gagnerai probablement pas le titre cette année, mais je m’amuse toujours autant que lorsque j’ai commencé. pourquoi devrais-je arrêter Peut-être qu’un jour je ne supporterai plus la pression, je suis fatigué, mais ce jour n’est pas encore venu. « Si Hamilton prenait sa retraite, son siège serait le plus convoité au conseil d’administration. Son patron Toto Wolff aurait de nombreuses occasions de remplacer le pilote le plus titré de l’histoire (103 coups sûrs). La langue de bois, quant à elle, est un incontournable pour le patron de l’écurie allemande : « On s’entend bien avec Lewis et il ne fait aucun doute que nous continuerons ensemble l’année prochaine. Il est trop tôt pour parler de 2024, nous sommes au début de l’été 2022 ! Mais je sais que je ne pouvais pas imaginer meilleur duo de pilotes. ”

A lire aussi  Viritech Apicale : Cette hypercar de plus de 1 000 ch roule à l'hydrogène !

Il reste peut-être des places disponibles…

Pierre Gasly pourrait viser ce volant chez Mercedes en 2024, ainsi qu’une place chez McLaren. Car alors que Lando Norris y brille régulièrement et obtient une prolongation de contrat jusqu’en 2025, Daniel Ricciardo est déçu. Ironiquement, c’est l’Australien qui a aidé McLaren à renouer avec le succès à Monza l’an dernier après près de neuf années de vaches maigres. Mais ses performances depuis dix-huit mois n’ont pas été à la hauteur des espoirs placés en lui compte tenu de son palmarès, de son expérience et… de son salaire élevé. “La performance de Ricciardo n’a pas répondu à nos attentes ou du moins n’a pas atteint le niveau attendu”, a déclaré sèchement le patron de McLaren, Zak Brown. Avant d’adoucir ses propos quelques jours plus tard : “Ces propos n’ont rien changé entre nous. Je n’ai donné qu’une réponse honnête à la situation car cela pourrait être mieux, mais nous travaillons pour tout améliorer. Daniel est très motivé, il a notre soutien. Notre relation n’a jamais été meilleure. Ricciardo avait signé un contrat de trois ans couvrant 2023, mais il y a des rumeurs de clauses de libération qui pourraient permettre à l’équipe de le laisser partir fin 2022, ce qui n’aiderait pas les plans de Pierre Gasly, qui a déjà été signé pour le année avec Alpha Tauri. “Je me sens bien dans mon avenir”, assure Ricciardo. Mais quand il s’agit de mes résultats et de mes ambitions, je ne suis pas détendu, j’en veux plus. J’ai le soutien de l’équipe, nous travaillons tous pour revenir devant. ”

L’avenir est encore plus incertain pour deux géants du groupe : Fernando Alonso et Sebastian Vettel. Apparemment, les deux anciens champions du monde ne partageaient pas leur désir d’avenir. Malgré ses 40 ans, Alonso a fière allure au volant de l’Alpine, comme en témoigne sa place au premier rang gagnée au Canada. Ses deux années sabbatiques passées dans d’autres championnats le protègent sans doute de la fatigue.

A lire aussi  Allocation carburant : y avez-vous droit ? Quelles sont les procédures ?

“Je n’ai aucune idée concrète”, nous a dit l’Espagnol. Je m’amuse tous les week-ends.

Après l’été, je dois prendre une décision concernant mon avenir. L’équipe Alpine a déjà Esteban Ocon sous contrat jusqu’en 2024, il devra donc décider de rester avec Alonso ou de donner à son pilote de réserve, sa pépite australienne, Oscar Piastri, Champion de Formule 3 2020, Champion de Formule 2 2021, une chance devrait donner sans rouler en Formule 1. Un autre exemple malheureux de la difficulté pour les jeunes pilotes d’obtenir une place dans la catégorie reine. Pourtant, Piastri aurait la certitude de courir en Formule 1 l’année prochaine, soit avec Alpine, soit avec Williams avec la bénédiction de la marque française.

Du côté d’Aston Martin, la volonté de garder Sebastian Vettel est claire, mais l’Allemand soulève de nombreuses questions tant il affiche ses vues écologiques et humanistes. “J’aime la conduite, j’aime la compétition et j’aime le sport, mais il y a tout ce qui va avec”, dit-il. On voyage partout dans le monde, on gaspille beaucoup de ressources, c’est un vrai dilemme. C’est une chose à laquelle je pense quand je me couche, donc c’est très présent. Je vais devoir prendre une décision. ”

Votre place chez Aston Martin pourrait donc être à gagner. Chez Haas, les accidents à répétition de Mick Schumacher remettent son avenir en question. Bottas a Alfa Romeo jusqu’en 2024 et le nouveau venu chinois Guanyu Zhou semble satisfaire ses employeurs, ce qui pourrait ruiner les chances de Théo Pourchaire. Le jeune Français, membre de l’académie de l’équipe, doit désormais se concentrer sur sa saison en Formule 2 et remporter le titre pour garder l’espoir de rejoindre Gasly et Ocon en Formule 1 l’année prochaine.

Le constructeur japonais a signé un quadruplé lors du Safari Rally au Kenya. Une performance inédite en Championnat du Monde depuis 2010 où Sébastien Loeb menait un quatuor Citroën en Bulgarie. Cette fois l’Alsacien, victime d’un incendie, n’était que huitième au Kenya.

Sébastien Ogier, ralenti par une crevaison, termine quatrième. Reste à préciser la suite du programme partiel des deux Français. Kalle Rovanperä (photo) a remporté six rallyes cette saison pour la quatrième fois et compte 65 points d’avance sur Thierry Neuville.

A l’occasion du Goodwood Festival of Speed, Nigel Mansell (photo) a pris le volant de la Williams-Renault FW14B avec laquelle il a remporté le titre mondial de Formule 1 en 1992 avec neuf victoires et quatorze pole positions en seize courses.

A 69 ans, le Britannique a pris plaisir à revoir cette monoplace : “Je suis très heureux d’être à nouveau au volant de cette voiture extraordinaire, c’est un grand moment d’émotion”, a déclaré le pilote moustachu le plus célèbre de l’histoire de la F1.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Récents