Suivez-nous

Automobile

Fin des thermes : l’Etat taxe-t-il les voitures électriques ?

Fin des thermes : l'Etat taxe-t-il les voitures électriques ?

L’Europe s’est engagée à mettre fin au moteur thermique d’ici 2035. Or, la taxe sur les carburants est une source de revenus importante pour l’État français.

Les 27 États membres de l’Union européenne sont d’accord. D’ici 2035, plus aucune voiture thermique neuve ne sera commercialisée dans l’espace UE. Si cette décision semble aller dans le bon sens d’un point de vue environnemental, l’État français pourrait être distancé d’un point de vue économique. Le carburant vendu en France est fortement taxé. Ce dernier représente un revenu non négligeable pour les finances du pays.Si le ministre de l’économie et des finances incite dans un premier temps les Français à passer aux véhicules électriques, il se pourrait que la taxe sur l’électricité augmente avec la fin du moteur thermique et la démocratisation du devient une voiture 100 % électrique.

Les 27 ministres de l’environnement de l’Union européenne ont approuvé l’interdiction des moteurs à combustion interne en 2035. Cependant, sous conditions. https://t.co/dsQkTsWey5

– AutoPlus (@AutoPlusMag) 30 juin 2022

La taxe sur le carburant est de 45 à 60 % du prix

Actuellement, pour un litre de carburant, 45 à 60 % du prix que vous payez sont perçus par l’État français grâce à deux taxes : la TICPE et la TVA. Cela dépend du prix écrit sur la pompe. Ils en représentent aujourd’hui plus de 45 à 50 % à environ 2 € le litre. Attention, ce n’est pas parce que leur part est moins importante qu’ils ne prennent pas de poids ! Si la TICPE est fixée depuis 2018, la TVA va augmenter.

A lire aussi  La future BMW i5 entièrement autonome ?

En ces temps difficiles, l’État ne tire aucun profit de la hausse des prix du carburant. Les impôts ont peut-être augmenté, mais la réduction de 15 cents à 18 cents a été le facteur décisif.

En tenant compte du prix de l’énergie, des assurances, du contrôle technique et des taxes, c’est près de 700 € économisés ! https://t.co/fwZHh81jRi

– AutoPlus (@AutoPlusMag) 28 mai 2022

33 milliards d’euros de chiffre d’affaires sont prévus pour la TICPE en 2022

Pour 2022, l’Etat a affecté 33 milliards d’euros de recettes à la TICPE en 2022. Une augmentation de 1,3 milliard d’euros par rapport à 2021. Le résultat net de la TICPE atteindrait ainsi 18,4 milliards d’euros. Soit une augmentation de 900 millions d’euros.

Si cet avantage augmente, c’est que les prévisions de consommation de carburant en France sont également supérieures à celles de 2021. Les Français devraient consommer 4,5 % de carburant en plus en 2022.

Et après 2035 ?

Après 2035 et probablement quelques années avant, la voiture thermique devrait progressivement disparaître. Par conséquent, la consommation de carburant en France devrait être considérablement réduite. Les recettes sont également générées par les taxes sur le carburant. Afin de compenser ce déficit, l’État pourrait taxer plus lourdement l’électricité. Une source d’énergie qui devrait normalement être l’énergie principale des voitures du futur. Cette solution n’est pas nécessairement mise en œuvre. Bien sûr, si le parc automobile devient électrique, la consommation d’électricité risque d’augmenter. revenus des finances publiques.

Les mesures contre les véhicules thermiques poussent les automobilistes à passer aux véhicules électriques. Parmi les solutions, une est populaire – la modernisation. Tu dois savoir! https://t.co/WzKYDhYt5R

A lire aussi  La BMW i3 dit au revoir après 8 ans de course

– AutoPlus (@AutoPlusMag) 1er juin 2022

L’électricité est déjà lourdement taxée en France. Ils représentent 35 % du prix du kWh. Les taxes sur l’électricité sont au nombre de 4 : TVA, TCFE, CSPE et CTA. Tous les détails sont disponibles ici.

La Suisse envisage déjà de taxer les voitures électriques

En Suisse, le gouvernement prévoit déjà d’introduire un nouveau tarif pour les voitures électriques. Il consiste en un montant forfaitaire par kilomètre parcouru et par catégorie de véhicule. Cette nouvelle taxe pourrait entrer en vigueur en 2030 et être utilisée pour entretenir et réhabiliter les infrastructures routières. Reste à savoir si la France pourrait s’inspirer de ses voisins suisses.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Récents