Suivez-nous

Automobile

Entrée de gamme : Ces modèles sont-ils forcément pires ?

Entrée de gamme : Ces modèles sont-ils forcément pires ?

Avec la hausse du coût moyen des véhicules depuis la crise du Covid, les budgets des modèles de base se resserrent. Petit tour d’horizon des modèles disponibles !

Évidemment, pour les automobilistes qui en ont besoin, le timing n’est pas optimal. Entre les prix qui montent en flèche et les délais de livraison plus longs (maintenant vous pouvez attendre plus d’un an pour avoir votre véhicule dans votre garage), ce n’est certainement pas le moment d’acheter un nouveau véhicule.

Mais si vous n’avez pas le choix, vous devrez parcourir les listes de modèles disponibles. Et on se rend vite compte que tout est cher ! Même les modèles d’entrée de gamme restent globalement plus chers qu’il y a deux ou trois ans. Par rapport à 2019, on note une augmentation de +21%.

Si l’on regarde un dossier similaire créé en février 2021, la Dacia Sandero avec le bloc 1.0 SCe s’affichait à 8 690 €. Aujourd’hui le premier prix de la dentelle roumaine à 10 790 € !

Cependant, si vous vous réfugiez dans le segment des véhicules d’entrée de gamme, encore faut-il être prêt à faire quelques concessions. Moins de sécurité, un confort parfois minimaliste ou un manque de polyvalence : il existe de grosses différences d’un modèle à l’autre.

Pour savoir si ces voitures dites « low-cost » sont toujours intéressantes, nous en avons examiné 14 !

Fiat Panda – 1.0 BSG Hybride – 70 ch – 11 190 €*

La voiture la moins chère du marché n’est plus la Dacia Sandero, mais la Fiat Panda de base, affichée toute l’année à 10 000 € après application d’une remise de 11 % chez le concessionnaire.

Il est bien sûr plus petit que le Roumain, mais pas démonté, puisqu’il est équipé de série de la climatisation. Même si la présentation peut sembler simple, l’Italienne rend la visite agréable avec son excellente maniabilité en ville, son amortissement souple, sa surface vitrée généreuse et son coffre, qui est bon pour une voiture de 3,66 mètres.

De plus, elle tient plutôt bien la route et brille en dehors de la ville grâce à sa boîte de vitesses à 6 rapports, ce qui lui confère un avantage en termes d’accélération par rapport à la Renault Twingo SCe 65 col Hyundai i10 de 67 ch. Sa micro-hybridation permet une augmentation du couple lors des accélérations.

Malheureusement, l’alterno-démarreur, alimenté par une batterie qui se recharge à la décélération, ne la rend pas plus économe que ses concurrentes « sans batterie » : 6,5 l/100 km en ville contre 6,2 l pour la Twingo et 5,7 l seulement au détriment de l’i10.

Dacia Sandero – 1.0 SCe Essential – 65 ch – 10 790 €*

Fini le temps des Sanderos à 8 690 € !

Le moins cher coûte aujourd’hui 10 790 euros, l’ancienne version de base (Access) des écrans radars a disparu. Et malheureusement, il ne faut pas s’attendre à une remise de Dacia qui fait baisser la note…

Cette version met fin aux vilaines enseignes en plastique brut et aux jantes sans enjoliveurs : la Roumaine gagne en présence dans la finition essentielle en plus de quelques équipements pratiques, comme la radio Bluetooth ou le verrouillage centralisé avec télécommande. En revanche, la climatisation reste payante, tout comme l’écran tactile et son GPS. Pour le reste, sous son capot on retrouve l’humble trois cylindres 1.0 SCe de 65 ch qui équipe également les Renault Clio et Twingo de base.

Un moteur confortable en ville et sur de courts trajets tout-terrain, qui impressionne par sa souplesse et son appétit contenu, mais atteint rapidement ses limites dans la voie rapide, notamment lors des dépassements. Achetez une fois avec une expertise complète…

Hyundai i10 – 1.0 Initia – 67 ch – 12 390 €*

A partir de 11 200 euros après déduction de la remise de 10 % immédiatement accordée par Hyundai, la i 10 « premier prix » mérite un arrêt dans son écrin. Cette mini citadine propose un ensemble de dispositifs de sécurité inhabituels dans cette gamme : freinage d’urgence autonome, alerte active de sortie de voie, feux de route intelligents et régulateur/limiteur de vitesse.

Il n’y a pas de siège conducteur réglable en hauteur, oui, et surtout l’impossibilité d’opter pour une connexion Bluetooth, même en option. Un “gadget” mais indispensable de nos jours ! On se console avec la garantie de 5 ans et le sens aigu de l’accueil du coréen qui offre à l’arrière l’un des dégagements aux jambes les plus généreux de la catégorie. Sa conduite est tout aussi agréable, avec une bonne visibilité et une bonne maniabilité lors des manœuvres.

En revanche, son trois cylindres manque de tonus sur les essieux principaux, bien qu’il soit l’un des plus ingénieux de sa catégorie. Une caisse avec une cape plus courte serait la bienvenue ici !

Renault Twingo – 1.0 SCe Equilibre – 65 ch – 15 600 €*

Avec son modeste moteur arrière trois cylindres atmosphérique de 65 ch, cette Twingo d’entrée de gamme n’a pas l’air d’un éclair. C’est même une lanterne rouge dans sa catégorie tant à l’accélération qu’au démarrage, ce qui la rend gênante dans les grandes rues de banlieue ou sur les routes de campagne où la moindre crevaison erronée vous obligera à rétrograder d’un rapport voire deux. Garder à jour.

Pourtant, grâce à son très petit rayon de braquage, la petite Renault se faufile en ville comme une souris. De plus, ils sont quatre sans pousser, et leurs suspensions n’abusent pas outre mesure des tourbillons des dos d’âne.

C’est aussi une bonne affaire grâce à la remise de 13 % de Renault (la citadine coûte donc 13 600 €) pour équiper cette nouvelle version d’entrée de gamme Equilibre, plus chère que la précédente Life enrichie en air automatique. Climatisation automatique, connexion Apple Car Play/Android Auto ainsi que phares et essuie-glace automatiques…

A lire aussi  Comment choisir sa barre de toit universelle ?

Dacia Spring – Confort – 44 ch – 19 290 €*

Pensez-vous toujours que les voitures électriques sont hors de portée ? Ne soyez pas surpris si vous voyez un modèle électrique dans ce classement des modèles « low-cost ». Chez Dacia, dont le petit ressort dépasse à peine les 14 000 €, bonus remisé ! Si vous ne parcourez que de courtes distances et en ville, il est peut-être temps de bouger, tant ses 204 km d’autonomie urbaine s’avèrent payantes pour les petits trajets quotidiens. Ses 44 ch s’avèrent également suffisants (même si sur les routes de campagne ce sera un défi de se remettre sur les rails !).

Son fonctionnement silencieux et sa transmission automatique en font une conduite très zen, et sa grande maniabilité lui permet de se faufiler avec brio dans la circulation. Mais attention au freinage d’urgence (l’ABS agit immédiatement) et au sous-virage (tendance à aller tout droit) à l’approche trop pressée des ronds-points (pneus étroits)…

L’amorti manque de moelleux et l’équipement manque de générosité dans la finition confort : il n’y a pas de radar arrière, pas de réplique de smartphone ou de banquette 50/50. La climatisation, en revanche, est au menu. Bon point pour le coffre aussi, idéalement taillé pour les petits achats.

Citroën C3 – 1.2 PureTech vous ! – 83 ch – 15 340 €*

Affichée à moins de 14 500 € pour cette C3 avec une remise de 7 % offerte volontairement par les concessionnaires Citroën, c’est ce qui fait l’attrait de la citadine à chevrons !

D’autant plus que la marque vient de lancer une nouvelle finition basique baptisée You ! introduit, qui est mieux équipé que l’ancien Live. Vous bénéficierez de la climatisation manuelle, du régulateur de vitesse, des rétroviseurs chauffants électriques et même de la reconnaissance du tableau de bord. Pas de GPS, pas de compatibilité Apple Car Play/Android Auto, mais pas de phares ni d’essuie-glaces automatiques, les seules options sont les sièges chauffants et la peinture métallisée. Cela n’empêche pas d’apprécier l’excellent confort de cette C3, avec des suspensions bien pensées et des commandes souples.

En revanche, la conduite de cette version n’est pas très amusante, le comportement peu dynamique et la douceur du moteur de 83 ch (sans turbo) limitent davantage la française à un usage citadin. Pour plus de polyvalence, le bloc 110 ch est toujours conseillé, mais il coûte malheureusement beaucoup plus cher (+ 4000 €) !

Suzuki Swift – 1.2 Dualjet Hybrid Advantage – 83 ch – 16 290 €*

Cette citadine ne manque vraiment pas de charme, avec son allure malicieuse et ses poignées de porte arrière en mode camouflage. L’intérieur souffre cependant d’un plastique dur et brillant qui manque de classe et de chaleur…

L’habitabilité, dans la bonne moyenne, fait sourire (le coffre un peu moins par rapport aux rivaux européens), tout comme l’équipement, assez généreux à bord de cette finition de base Advantage. Il bénéficie de la climatisation manuelle et du régulateur de vitesse adaptatif.

La Swift, en plus d’être bien étouffée, a toutes les qualités d’une citadine passe-partout parfaite. A un détail près : son moteur ! Malgré le petit coup de pouce apporté par son alterno-démarreur (d’où le nom d’hybride, un peu pompeux puisque cette voiture se contente de la micro-hybridation), ses performances sont très modestes.

Le modeste appétit du quatre cylindres compense cela, tout comme la belle remise de 11 % de Suzuki, qui ramène le prix de cette version à 14 500 €.

Kia Rio – 1.2 ISG Motion – 84 ch – 15 590 €*

Concurrente des Citroën C3, Peugeot 208 et Renault Clio (qu’elle domine en termes d’habitabilité), la Kia Rio propose également une motorisation sans turbo d’entrée de gamme.

Mais il est propulsé par un quatre cylindres de 1 248 cm3 avec des performances bien meilleures (bien qu’absolues encore modestes) que les voitures françaises, qui ont toutes un cylindre et 250 cm3 de moins. Il offre donc plus de polyvalence et l’audace sur la route est largement sous votre contrôle, d’autant plus que la position de conduite est excellente et que l’amorti est pris en compte.

Malheureusement, le régulateur de vitesse fait défaut pour atteindre le zénith dans ce domaine. Plus gênant encore, il ne dispose ni de navigation ni de connectivité, ce qui est utile aujourd’hui avec les smartphones (Bluetooth, Mirror Screen, etc.).

Et pas d’option possible avec la peinture Motion de base, sauf la peinture métallisée (550€). Côté budget, vous bénéficiez facilement de la remise de 7% (passant à 14 600 €). Enfin, vous bénéficiez également de la garantie de 7 ans, ce qui coûte très cher au constructeur, ce dernier “détail” qui ne peut que motiver l’achat.

Toyota Aygo X – 1.0 VVTi Active – 72 ch – 15 990 €*

Dernier né de Toyota, le petit AygoX au design de mini crossover urbain est l’un des derniers survivants de ce segment. Après avoir délaissé la Peugeot 108 et la Citroën C1 non renouvelée, la petite Aygo a un boulevard à séduire.

Mais même si le visage est agréable au premier coup d’œil, on regrette l’utilisation massive de plastique dur aux bords assez aléatoires. Malheureusement, pas même une once d’hybridation sous le capot, alors que la marque en a depuis longtemps fait sa spécialité.

Cependant, cela maintient un prix d’attaque de 15 000 € moins la remise de lancement de 1 000 €. Bon plan ? Si l’on se réfère à un équipement de série, le japonais en donne vraiment ce qu’il en coûte avec une gamme complète d’aides à la conduite. Régulateur de vitesse adaptatif inclus, ce qui peut surprendre pour une voiture à vocation essentiellement urbaine.

La clientèle cible préférerait sans doute bénéficier d’un écran miroir et d’une radio Bluetooth pour écouter sa musique dans les embouteillages. Pratique et sécurisante, l’Aygo X est malheureusement trop rigide (roues de 18 pouces de série !), assez bruyante et surtout lente à tourner, son moteur trois cylindres de 72 CV nécessite des passages constants du levier de vitesses…

A lire aussi  La Mercedes EQXX a parcouru plus de 1 200 km sur une seule charge !

Dacia Duster – 1.0 Eco-G Essential 4×2 – 100 ch – 15 490 €*

Montrons la couleur dès le départ : Dacia, qui baisse déjà les prix à la base, ne fait pas de remises sur ses véhicules neufs. C’est 15 490 € pour le Duster Eco-G 4×2 Essential, à prendre ou à laisser ! Le doute se pose également puisqu’il lui manque certains équipements aujourd’hui considérés comme indispensables, comme la climatisation, la fonction écran miroir ou encore le régulateur de vitesse, perceptible dans un SUV par essence polyvalent.

Mais si ces appareils “bourgeois” ne sont pas votre priorité, rassurez-vous : avec son moteur qui accepte le GPL, votre banquier sera ravi de savoir que vous avez trouvé une solution pour éviter la faillite à la pompe (0 85 €/litre), même si le trois cylindres consomme plus d’essence que le sans plomb.

En revanche, il est également plus efficace en mode GPL. La boîte à 6 rapports, trop longue, punit cependant par moments ce Duster. Sinon, la Dacia fait son boulot : elle est bonne sur la route, ne choque pas trop ses passagers, et elle offre un habitacle assez intéressant.

Seat Arona – Référence 1.0 TSI – 95 ch – 17 990 €*

Ce petit SUV est sans doute le moins abordable de cette catégorie de voiture d’entrée de gamme, aux côtés du Kia Ceed. Des lignes séduisantes et une finition soignée malgré quelques plastiques durs : l’influence Volkswagen est bien visible dans le design.

L’équipement de la version de référence convainc également par son prix : 15 550 euros après déduction de la remise de 14 % (une aubaine aujourd’hui !). Il ne manque plus que la connexion Apple Car Play/Android Auto et un grand écran tactile pour la jouer 100% “tendance”.

L’Espagnol s’en sort avec brio côté moteur, le modeste triplette de 95 ch rivalisant sans peine avec certains de ses rivaux de 100/110 ch côté performances (bien qu’un peu proches). Ce 1.0 TSI se démarque avant tout par sa remarquable sobriété. Ajoutez à cela une boîte de vitesses bien gérée, un niveau de confort très correct, un châssis équilibré, une direction précise et un excellent compromis entre l’espace et le coffre, et vous avez le petit SUV citadin idéal et économique…

Dacia Jogger – 1.0 Eco-G Essential – 100 ch – 17 400 €*

Ultra-agréable et doté d’un immense coffre (en supprimant les sièges de troisième rangée), le Jogger s’impose rapidement comme le nouveau favori des familles nombreuses. D’autant plus qu’il offre un look très sympa et un très bon confort de port. Ce camion/SUV est également économe en carburant, son moteur 1.0 Eco-G fonctionne au GPL et est sans plomb.

Malheureusement, les performances sont un peu justes, surtout lorsque la voiture est chargée. Bien que Dacia ne propose pas de remise, cette entrée de gamme reste intéressante pour les petits budgets qui ont absolument besoin de 7 places, soit bien plus de 30 000 € pour les autres modèles de ce type (SUV ou monospace).

On préfère tout de même le niveau de finition Confort qui pour seulement 1 700 € propose en plus la climatisation manuelle, le régulateur de vitesse, les rétroviseurs extérieurs électriques, le radar de recul, le capteur de pluie, l’écran tactile et le réglage de la profondeur du volant, et le Jogger à une référence budgétaire. Une somme qui ne se perd pas le jour de la revente…

Fiat Tipo Cross – Pack 1.0 Firefly Turbo – 100 ch – 19 490 €*

Inconnue, la Type Cross (le modèle standard sans attributs “Allroad” n’existe plus) joue sur la pelouse des Peugeot 308, Renault Mégane et autres Volkswagen Golf. Sauf qu’il affiche des prix bien moins ostentatoires !

Même avec la modeste remise de 5% actuellement en vigueur chez le revendeur, l’Italien parvient à rester sous la barre des 19 000 €, alors que ses concurrents démarrent à 25 000 €… En revanche, il se donne avec trois cylindres de -100 ch satisfaits (10 à 30 ch de moins que ses camarades) franchement essoufflé et surtout solide.

A cela s’ajoutent un pommeau de levier de vitesses inconfortable, un design intérieur plus que suranné, des plastiques dignes des années 80, une suspension instable sur mauvaise route et un comportement de conduite plus “plan-plan”. Cette Fiat reste une bonne affaire, mais l’équipement d’entrée de gamme propose un équipement bien assorti, à l’exception du système de navigation et des phares/essuie-glace automatiques.

Kia Ceed – 1.0 T-GDi Motion – 100 ch – 22 190 €*

Avec une remise de 11 % (baisse de prix à 19 900 € !) et une garantie Kia de 7 ans, la compacte coréenne part sur de très bonnes bases. Et si l’on s’arrête un instant sur sa longue liste d’équipements de série, on se rend compte qu’il s’agit bel et bien d’une excellente offre. C’est très simple, il vous suffit d’un jeu de jantes alliage et d’un GPS (non disponible en option mais remplaçable par une application sur votre smartphone via la connexion Apple Car Play/Android Auto) pour avoir tout en un. haut de gamme…

D’autant que la Ceed bénéficie également d’une belle présentation (surtout depuis son récent restylage aux touches sportives), d’un assemblage rigoureux, d’une habitabilité “suffisante”, d’une direction agréable et d’une conduite alliant avec brio confort et équilibre.

Seul bémol : son trois cylindres de 100 ch est vraiment juste pour une voiture de ce gabarit. Manque de couple à bas régime et 5/6 rapports trop longs : cela ne vous sert à rien ni en ville ni sur autoroute. Honte…

*Tous les prix des titres sont affichés sans remise ni bonus/malus vert.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Récents